Le site institutionnel de la Fédération Nationale de la Pêche en France

Accéder au site

generationpeche.fr – Toute l’actu de la pêche en France

Accéder au site

Trouvez les informations pêche de votre département

Accéder au site

cartedepeche.fr - Le site officiel pour obtenir la carte de pêche de votre association agréée

Accéder au site
Génération Pêche
generationpeche.fr Le site d'informations de la pêche en France
Génération Pêche
> > > > Etape 14 - Samedi 21 juilllet : Saint-Paul-Trois-Châteaux / Mende

Etape 14 - Samedi 21 juilllet : Saint-Paul-Trois-Châteaux / Mende

Les animations de l'étape

  • Ne ratez pas la caravane Génération Pêche sur les routes de cette étape !
  • Stand départ à Saint-Paul-Trois-Châteaux : accueil assuré par la Fédération de pêche de la Drôme.
  • Animation pêche à Bessèges (30).
  • Stand arrivée à Mende : accueil assuré par la Fédération de pêche de Lozère.

A découvrir pendant les vacances

Le patrimoine aquatique et piscicole drômois

Au royaume des « moucheurs » dans le Vercors et le Royans

La Bourne et La Vernaison sont deux cours d’eaux aux origines karstiques, nés sur le plateau du Vercors par l’action de l’eau qui s’infiltre. Pêcher la Bourne ou la Vernaison, c’est exercer le loisir pêche dans des lieux où la nature est préservée, loin de toute activité humaine. C’est découvrir des paysages avec des gorges encaissées, des cascades où coule une onde pure favorable aux ombres communs, truites farios et même écrevisses à pattes blanches dans la Vernaison. Ces deux rivières sont le royaume des « moucheurs », mais également de tout pêcheur de salmonidé. Pour une pêche plus récréative, il est possible de taquiner le gardon et le goujon au lac de Bouvante sur le haut plateau du Vercors.

Côté tourisme, il y a de quoi se régaler ! Le Vercors et le Royans sont réputés pour leur musée de l’eau à Pont-en-Royans, les grottes de Choranche, de la Luire à Vassieux en Vercors et le musée de la résistance à Vassieux. Côté gastronomie, impossible de faire étape dans le Vercors Royans sans goûter à la truite au bleu, aux ravioles de royans, à la vercouline raclette au bleu, à la tome de Saint-Marcellin et la fameuse tarte aux noix. N’oublions pas non plus que la Drôme est un département très viticole : c’est le pays des côtes du Rhône. Enfin, Vercors et Royans sont un éden pour la randonnée dans des paysages bucoliques où l’air est vif et la fraicheur garantie en période estivale avec un ensoleillement généreux.

La véloroute de la Vallée de la Drôme

Découvrir la Vallée de la Drôme à vélo et en famille, c’est possible ! Une véloroute de 130 km part de sa source à La Bâtie-des-Fonds, jusqu’à son confluent avec le Rhône, à Livron.

VERCORS EAU PURE
La Bourne et la Vernaison, situées dans le Parc Naturel du Vercors, font partie du contrat de rivière Vercors Eau Pure, dans lequel la fédération départementale de pêche de la Drôme est pleinement partie prenante.

Le patrimoine aquatique et piscicole ardéchois

Laissez-vous émerveiller par la Fontaulière

L’Ardèche est un département qui dispose de milieux naturels riches et variés, dont le fonctionnement n’est que très peu perturbé par l’impact de l’homme. La beauté des paysages et la naturalité des cours d’eau, conjuguée à une gestion patrimoniale (sans introduction de poissons de piscicultures), en font une terre de pêche très prisée.

C’est par exemple sur la capricieuse et imprévisible Fontaulière, rivière de 1ère catégorie piscicole située sur les Hautes Cévennes, que pêcheurs français et étrangers pratiquent leur loisir dans un environnement préservé et riche en espèces autochtones, avec notamment l’emblématique truite fario. Ce cours d’eau recherché par les pêcheurs sportifs accueille généralement des groupes d’amis qui font le déplacement pour des séjours courts. Deux parcours « no-kill mouche » ont été aménagés, sur lesquels les prises de 35 à 40 cm sont fréquentes.

La diversité des faciès, associée à une technique fine, permet d’offrir une pêche de qualité sur des poissons sauvages aux couleurs scintillantes. Sur le linéaire de la Fontaulière, on retrouve de spectaculaires cascades dessinées par d’anciennes coulées de laves et formant aujourd’hui de magnifiques orgues basaltiques dont les courbes géométriques n’ont rien à envier aux paysages volcaniques de l’Islande ou de la Nouvelle-Zélande !

L’Ardèche en surprendra plus d’un. Tout comme elle surprend chaque année les nombreux pêcheurs extérieurs au département, qui représentent plus de la moitié des cartes de pêche vendues. L’accueil des ardéchois et la beauté des poissons sauvages laissent des souvenirs inoubliables. Une fois que l’on a goûté à ces décors spectaculaires, on n’a plus d’autre choix que d’y retourner pour un nouveau séjour pêche. Alors, près pour l’aventure ?

Pas une, mais deux souches de truites fario en Ardèche !

La truite fario est l’espèce reine des cours d’eau de montagne et de piémont. Deux souches sont réparties selon les bassins : l’atlantique et la méditerranéenne. La truite fario de souche méditerranéenne se distingue notamment par sa robe zébrée.

18 M€
C’est le poids économique de la pêche en Ardèche.

Le patrimoine aquatique et piscicole du Gard

Le barrage de Sénéchas, un sanctuaire préservé

Avec son relief tourmenté, cette partie du Gard échappe aux nuisances de la civilisation : pas de grandes agglomérations, ni d’industries polluantes et des surfaces cultivées infimes. Ce contexte explique la très bonne qualité des eaux, et l’abondance de la faune benthique (qui vivent fixés au sol ou qui se déplacent en rasant le fond) où les populations piscicoles prospèrent.

La Cèze et l’Homol, qui traversent les Cévennes, viennent se rencontrer à la croisée des départements de l’Ardèche, de la Lozère et du Gard au niveau du barrage du Sénéchas, écrêteur de crues et soutien d’étiage pour la vallée inférieure. Loin des températures caniculaires de la plaine, les pêcheurs pourront découvrir une nature épargnée et authentique au milieu d’une châtaigneraie généreuse. Les opportunités halieutiques sont nombreuses et variées avec notamment des populations de belles truites, des sandres, perches et carpes sauvages de toutes tailles.

Ce lieu est une invitation à la détente. On peut y venir en famille pour y taquiner l’ablette, ou y traquer les carpes XL qu’abrite ce barrage aux eaux fraiches. Sur sa partie inférieure on trouve un secteur de pêche labellisé avec un « Parcours Famille » accessible aux personnes à mobilité réduite. Facile d’accès et très poissonneux, la société de pêche locale y organise des manifestations pour les vacanciers et les jeunes de la vallée. Plus en amont, c’est le royaume de la truite fario. Les parcours sportifs qu’offrent cette partie des Cévennes auront tôt fait de satisfaire les passionnés de pêche à la mouche, aux appâts ou au lancer.

Le barrage qui appartient au Conseil départemental du Gard est géré par la Fédération de pêche qui y réalise des alevinages réguliers en gros sandres et cyprinidés de toutes espèces. L’association locale réalise quant à elle des alevinages réguliers en truites pour le plus grand plaisir des vacanciers.

CONNAISSEZ-VOUS ROLAND FANGILLE ?
Certainement plus connu des cyclistes que des pêcheurs, Roland Fangille est le créateur en 1971 de la course cycliste «l’Étoile de Bessèges» qui se dispute dans le Gard.

Le patrimoine aquatique et piscicole lozérois

Au Pays des Sources, le Lot souverain

Département le moins peuplé de France et autrement nommé « Pays des Sources », la Lozère offre une multitude de paysages façonnés par les eaux. Intégralement classée en 1ère catégorie, la rivière Lot est facile d’accès et très appréciée par les pêcheurs pour sa population de truites fario la plus importante de tout le département.

C’est au pied de la montagne du Goulet que le Lot prend sa source au milieu des tourbières. Dans sa traversée du Bleymard, village d’accès au domaine skiable du Mont Lozère, la rivière n’est qu’un ruisseau aux eaux cristallines issues de la fonte des neiges. On y pêche au toc, au ver ou à la larve ainsi qu’à la sauterelle. En suivant son cours à travers la vallée étroite creusée dans le schiste, on découvre le château de Saint-Julien-du-Tournel, dressé sur un promontoire à près de 100 m au dessus de la route. L’accès au château est libre et se fait à pied à partir d’un sentier d’interprétation des paysages.

Après une courte pause culturelle, on profitera de nouveau de la rivière qui traverse désormais des terrains granitiques entre Bagnols-les-Bains et Mende et dont les eaux se sont gonflées grâce aux apports des nombreux tributaires. Les truites sont abondantes et réputées très combatives. Ce parcours, qui possède une reconnaissance internationale, a notamment servi à l’organisation d’une manche du championnat du monde de pêche à la mouche « jeunes » en 2012. A proximité, la station thermale de Bagnols-les-Bains accueille tous les ans de nombreux curistes qui, dans un cadre verdoyant, se baignent dans une eau à 41°C jaillissant de la montagne.

Des « hébergements pêche » sont présents sur toute la vallée à proximité des sites et proposent des équipements spécifiques. A mi-distance entre les sources et la sortie du département, Mende, ancienne capitale du Gévaudan, est dotée de toutes les commodités. On y pratique toutes les techniques de pêche sur différents parcours spécialisés ou réservés aux plus jeunes. Cette ville, située aux portes des Causses et des Cévennes inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco pour ses paysages culturels de l’agro-pastoralisme méditerranéen, est la base idéale pour l’organisation d’activités de pleine nature.

A partir de Mende et jusqu’à La Canourgue, la vallée du Lot s’élargit. Les eaux sont plus calmes et sur ce secteur calcaire la croissance des poissons plus élevée. Désormais la truite côtoie les chevesnes, vandoises et barbeaux accompagnés par les vairons et goujons. En été, la pêche ludique des écrevisses du pacifique fait le plaisir des petits pêcheurs en herbe.

Sur les traces de Stevenson avec le GR70 !

Comme le célèbre écrivain écossais, venez traverser le Gévaudan jusqu’aux Cévennes et découvrez 3 des 6 bassins hydrographiques français : la Loire, la Garonne et le Rhône.