Le site institutionnel de la Fédération Nationale de la Pêche en France

Accéder au site

generationpeche.fr – Toute l’actu de la pêche en France

Accéder au site

Trouvez les informations pêche de votre département

Accéder au site

cartedepeche.fr - Le site officiel pour obtenir la carte de pêche de votre association agréée

Accéder au site
Génération Pêche
Générationpêche.fr Le site d'informations de la pêche en France
Génération Pêche
> > 1001 façons de pêcher

1001 façons de pêcher

Un des intérêts de la pêche est la multitude des pratiques et des techniques à votre disposition. Suivant les poissons recherchés, le lieu de pêche, la saison, vous devrez adapter vos techniques, en découvrir de nouvelles, afin de maximiser vos chances de captures. Si on peut dans un premier temps être un peu perdu face à cette abondance, celle-ci devient très rapidement une richesse, et vous les adapterez certainement assez rapidement à votre propre pratique. Vous trouverez ici les grandes techniques de base vous permettant de faire les premiers pas et de choisir celles qui répondent à vos attentes… pêche d’attente ou itinérante, pêche des poissons blancs ou des carnassiers,… il y en a pour tous les goûts !

19 résultats

  • Pêche à la mouche

    Voir l'image en grand FNPF-L.MADELON

    La pêche à la mouche s'apparente presque à un art lorsqu'elle est maîtrisée.

    De la connaissance des milieux aquatiques aux techniques de lancer poussés qu'elle requière, cette pêche demande un certain apprentissage... mais elle vous offrira en contre-partie les plus belles émotions que peut offrir notre

    loisir : plaisir du beau geste et pêche à vue dans des paysages d'exception.

    Si elle fût à l'origine une pêche de la classe aristocratique, sa pratique s'est largement démocratisée aujourd'hui.

    Que ce soit en "mouche sèche", en "mouche noyée", en nymphe ou encore au "streamer", les techniques que regroupe la pêche à la mouche vous permettront de rechercher une multitude d'espèces, bien au delà de la truite à laquelle cette technique est le plus souvent associée.

  • Pêche à la mouche : la nymphe

    Voir l'image en grand FNPF-L.MADELONImitant une larve d'insecte à la dérive, la technique de pêche à la nymphe se pratique vers l'amont soit d'une manière proche de la pêche au Toc à la différence que l'esche est artificielle, soit à vue en repérant préalablement une truite en train de s'alimenter.

    Cette pêche est surtout adaptée aux rivières larges et aux eaux claires. C'est pratiquée à vue qu'elle se révèlera la plus passionnante vous demandant discrétion et patience dans l'approche du poisson

  • Pêche à la mouche : le streamer

    Voir l'image en grand FNPF

    La pêche aux streamers est une pêche utilisant le matériel "mouche" (canne, moulinet, soie) mais où, au lieu de présenter une imitation d'insecte, on tentera de séduire les carnassiers avec une imitation de poisson réalisée en plumes, poils et/ou fibres synthétiques.

    Efficace sur la truite, cette technique, avec un matériel adapté, peut également être utilisée dans la recherche des autres carnassiers (perches, brochets, black-bass,..).

    Le streamer ne "pêche" pas tout seul comme une mouche qui dérive à la surface, il faut l'animer pour lui donner vie.

    Sur des carnassiers méfiants et éduqués, il devient un atout redoutable par sa discrétion en permettant de pêcher beaucoup lentement qu'avec un leurre.

  • Pêche à la mouche noyée

    Voir l'image en grand FNPF-L.MADELON

    Si la mouche noyée n'a pas la même notoriété que la Sèche, cette technique se révèle pourtant excessivement efficace puisqu'elle répond à la majorité du comportement alimentaire de la truite (75 % des mouvements nutritionnels de la truite se font vers des proies sous l'eau) et se pratique à toutes saisons.

    Elle consiste à faire dériver sous l'eau une mouche noyée ou d'un "train de mouche" (plusieurs mouches) imitant des larves d'insectes et des insectes en cours d'éclosion.

    Contrairement à la mouche sèche et à la nymphe, la touche à la mouche noyée de se repère ni visuellement, ni par un "toc" mais par une légère tirée sur la soie que l'on appelle tout simplement "tirée".

    La mouche noyée donne d'excellent résultat tout au long de la saison, même lorsque les poissons se montrent discrets et difficiles. Elle est particulièrement adaptée aux grandes rivières où le courant n'est pas trop puissant et où vous arriverez certainement à y séduire également des ombres.

    Cette technique est aussi employée, avec des modèles de mouches spécifiques, pour la pêche des saumons.

  • Pêche à la mouche sèche

    Voir l'image en grand FNPF-L.MADELONLa mouche sèche est certainement la pêche à la mouche la plus forte en sensations offrant au pêcheur l'adrénaline de voir le poisson "monter" sur la mouche et la gober.

    La base de cette technique est donc de présenter aux poissons des imitations d'insectes, en surface comme si ils étaient prêts à s'envoler, fabriquées à partir de plumes et de poils : la "mouche".

    Le pêcheur devra de préférence préalablement repérer le poste où la truite "gobe" puis effectuer un lancer déposant la mouche dans la bonne veine d'eau afin que celle-ci dérive naturellement.

    Imitations d'éphémères, de trichoptères, etc... la pêche à la mouche sèche demande et permet d'acquérir une connaissance poussée des milieux aquatiques et de la biologie de la truite.

    Il vous faudra observer les insectes en train d'éclore et dont les truites se nourrissent le jour J afin de choisir la bonne imitation et limiter les refus de dame Fario.

  • Pêche au coup

    Voir l'image en grand FNPF-L.MADELONLa pêche au coup est souvent l’une des premières techniques de pêche pratiquées et elle renvoie à une image d’Epinal qu’a le grand publique du loisir pêche : une canne, un fil, un «bouchon», des plombs et un hameçon où l’on accroche l’esche (« l’appât »). Si elle est très abordable pour le pêcheur néophyte, la pêche au coup peut devenir une véritable pêche de précision lorsque que l’on approfondie sa pratique. Technique et passionnante, elle permet de réaliser de belles pêches tout au long de l’année à condition d’adapter sa pêche à la saison.

    Lorsque l’on parle de « pêche au coup », on devrait dire « des pêches au coup » car il existe une multitude de déclinaison qui ne s’arrête pas à la canne à pêche télescopique « simple », sans moulinet. En fait ce terme englobe les techniques qui consistent à choisir et préparer un lieu de pêche : « le coup ».

    L’objectif principal est de faire venir le poisson sur ce coup et de le maintenir à l’aide d’une amorce.

    En savoir plus :

    - la pêche au coup pour débuter

    - la pêche au coup à la grande canne

    - la pêche au coup à l'anglaise

    - la pêche au coup au quiver-tip et au feeder

    - la pêche au coup à la bolognaise

  • Pêche au coup à la bolognaise

    Voir l'image en grand FNPF-L.MADELONLa pêche à la bolognaise est comme son nom l'indique une technique de pêche au coup développé par les pêcheurs italiens sur les grandes rivières.

    Cette pêche au moulinet avec un flotteur se pratique surtout en été dans les grands cours d'eau à courant régulier en permettant de pêcher plus loin que la pêche au coup traditionnelle par de grandes "coulées" parallèles à la berge.

    La bolognaise est la technique au flotteur à privilégier sur l'anglaise dans les grandes rivières à courant.

    La bolognaise est une pêche de fond qui permet par le matériel employé (grande canne munie d'un moulinet) et les secteurs accessibles de se mesurer à des poissons de belles tailles (brèmes, barbeaux, carpes de rivières).

  • pêche au coup pour débuter

    Voir l'image en grand FNPF-L.MADELONLa pêche au coup est une bonne technique pour commencer la pêche : praticable toute l'année et facile d'accès dans un premier temps pour les néophytes, elle permet rapidement de découvrir le plaisir d'attraper un poisson ainsi que d'acquérir rapidement des bases techniques et de logiques d'approche qui suivront le pêcheur dans sa découverte d'autres techniques.

    Au fur et à mesure que vous découvrirez cette pêche, vous vous rendrez compte de la multitude des pratiques et des plaisirs qu'elle offrent.

    Vous trouverez ici la liste du matériel et les conseils pour débuter la pêche au coup avec une canne télescopique.

    En savoir plus

  • Pêche au coup: à la grande canne

    Voir l'image en grand FNPF-L.MADELON

    La pêche à la grande canne, ou canne à emmanchement, est l'approche technique la plus poussée de la pêche au coup "classique".

    Avec des cannes allant de 7 à 14 mètres, composées de plusieurs éléments qui s'emboitent, cette technique permet de pêcher à de longues distances mais avec une grande précision grâce une ligne assez courte, juste à l'aplomb du scion de la canne.

    Ainsi, il devient aisé de retrouver la zone de pêche où l'on a amorcé (juste sous le scion) et de bien contrôler la ligne. Cette technique demande en revanche une certaine maitrise pour bien déboiter les différents éléments afin ramener la ligne, et plus encore avec un poisson au bout.

    Sur les cannes à emmanchement, la ligne se fixe sur un élastique intérieur sortant du scion de la canne. Celui-ci permet notamment "d'amortir" les mouvements des sujets de belles tailles et ainsi éviter la casse d'un bas de ligne généralement assez fin.

    Il existe aujourd'hui des cannes et des élastiques adaptées à la traque des gros poissons, de la carpe... jusqu'au silure ! Sensations garanties !

  • Pêche au coup: à l’anglaise

    Voir l'image en grand FNPF-L.MADELON

    La pêche à l'anglaise est une pêche au coup au moulinet. Développée outre-Manche, cette technique qui est arrivée en France dans les années 70 permet de pêcher dans des situations et à des postes où les autres pêches au coup ne pourraient s'effectuer.

    Pêche en eau profonde, poissons éloignés des berges, pêche par grand vent, autant de situations où l'anglaise vous permettra de tirer votre épingle du jeu.

    Pêche fine, la pêche au coup à l'anglaise est cependant très polyvalente : elle vous permettra de toucher aussi bien du "petit blanc" (gardons, rotengles) que de vous mesurer à des poissons plus gros (carpes, tanches, brèmes) grâce à la réserve de fil qu'offre le moulinet.

10 résultats sur 19 - Page 1/2
1[2]