Le site institutionnel de la Fédération Nationale de la Pêche en France

Accéder au site

generationpeche.fr – Toute l’actu de la pêche en France

Accéder au site

Trouvez les informations pêche de votre département

Accéder au site

cartedepeche.fr - Le site officiel pour obtenir la carte de pêche de votre association agréée

Accéder au site
Génération Pêche
generationpeche.fr Le site d'informations de la pêche en France
Génération Pêche
> > > > Etape 17 - Mercredi 25 juillet : Bagnères-de-Luchon / Saint-Lary-Soulan

Etape 17 - Mercredi 25 juillet : Bagnères-de-Luchon / Saint-Lary-Soulan

Les animations de l'étape

  • Ne ratez pas la caravane Génération Pêche sur les routes de cette étape !
  • Stand départ à Bagnères-de-Luchon : accueil assuré par la Fédération de pêche de Haute-Garonne.
  • Stand Génération Pêche à Vielle-Aure (65).
  • Stand arrivée à Loudenvielle : accueil assuré par la Fédération de pêche des Hautes-Pyrénées.

A découvrir pendant les vacances

Le patrimoine aquatique et piscicole de Haute-Garonne

Du Val d’Astau au lac d’Oô : une rando-pêche en famille

Bien connu des cruciverbistes, le lac d’Oô impressionne tous ceux qui s’y aventurent. Le deuxième site le plus visité dans les Pyrénées, perché à plus de 1 500 m d’altitude, donne à voir un panorama grandiose : une superficie de 35 ha, une cascade de 275 m, des montagnes étourdissantes qui l’encerclent.

Et pour découvrir de manière originale ce site, pourquoi ne pas tester la rando-pêche ? Un sentier facile et accessible à toute la famille mène depuis l’auberge d’Astau (on l’on pourra prendre sa carte de pêche) jusqu’au refuge du lac (là aussi la carte est délivrée). Les fleurs, les insectes, les girolles, les grands arbres et la roche soufrée amuseront beaucoup les petits, qu’il faudra peut-être motiver pour avancer. Parvenu à pied d’oeuvre, on se pose, on s’installe, puis on sonde les abords à la cuillère. Le lac d’Oô est si poissonneux ! Truites arc-en-ciel de souche Bouillouses (originaires d’Alaska) et grosses truites fario y
abondent. Tandis que la petite famille pique-nique et trempe le bouchon pour attraper des vairons, papa ou maman pourra s’essayer à la pêche en eaux profondes avant de s’approcher de la cascade pour tenter de capturer la plus belle truite de ses vacances. Même s’il faut y passer une petite heure, les applaudissements des enfants seront une belle récompense ! Un peu plus haut, à 1h30 de marche, on rejoint également les lacs d’Espingo et de Saoussat, deux sanctuaires piscicoles. Sous un beau soleil, pourquoi ne pas tenter l’ascension ?

Un lac célèbre !

Saviez-vous qu’en 1767, Guillaume de Lamoignon de Malesherbes, futur avocat de Louis XVI, y venait déguster des truites ? Ou que le pyrénéiste franco-britannique Henry Russell a écrit des lignes inoubliables sur ses colères orageuses ?

Le patrimoine aquatique et piscicole haut-pyrénéen

Le lac de Gaube : l’incontournable des Pyrénées

Situé dans la vallée de Cauterets, à 1 725 m d’altitude, le lac de Gaube est dominé par l’imposant versant nord du massif du Vignemale (3298m). D’une superficie de 19 ha et d’une profondeur maximale de 40 m, on y pêche truites fario, ombles de fontaine, ombles chevalier et cristivomers de belles tailles à partir du mois de mai, après son dégel. On y trouve également des vairons, que l’on peut facilement pêcher près du bord.

S’il est vrai qu’il existe 220 lacs de montagne dans les Hautes-Pyrénées, où la pratique de la rando-pêche tend à se démocratiser, en particulier auprès des pêcheurs extérieurs au département, le lac de Gaube a cet avantage d’être facilement accessible et d’offrir un paysage de haute-montagne à couper le souffle. À ce titre, c’est l’un des sites les plus visités, et ce depuis le 19e siècle : Victor Hugo s’y est rendu en 1843, Baudelaire, Flaubert et George Sand ont écrit sur lui. De nombreux Anglais venaient le découvrir lors de leurs « voyages aux Pyrénées ».

Différentes options s’offrent aux visiteurs pour accéder à ce lieu mythique : à pied pour les courageux, en télésiège pour ceux qui préfèrent s’économiser. Le site est idéal pour passer une belle journée de pleine nature. On peut pique-niquer au bord de l’eau ou même se restaurer à la terrasse de l’Hôtellerie du lac, depuis laquelle la vue splendide sur le lac permet d’en apprécier toute sa beauté. La pêche peut être aussi bien récréative et familiale que sportive pour les initiés. La fédération de pêche entretient le peuplement de ce lac en réalisant des alevinages réguliers grâce à la pisciculture fédérale de Cauterets située à proximité (les premiers alevinages datent des années 30).

Depuis le lac, il est également possible de randonner sur le célèbre GR10 en direction du refuge des Oulettes de Gaube. Plus bas, Cauterets accueille de nombreux skieurs l’hiver mais c’est aussi un village très vivant en période estivale grâce aux nombreux hébergements, activités et animations. À proximité également, la vallée du Marcadau, une des plus belles vallées des Pyrénées, permet de rejoindre
d’autres lacs tout en longeant le gave du même nom, reconnu pour ses truites fario à la robe bien typique.

La légende des amants du lac

Le 20 septembre 1832, William et Sarah Pattison, sujets britanniques et jeunes mariés qui avaient posé leurs valises à la station balnéaire des Cauterets, décidèrent d’emprunter la barque du passeur, amarrée près de sa cabane, pour voguer sur les eaux du lac. Malheureusement, l’embarcation chavira, les emportant dans les flots. Cette tragique noyade alimenta l’imagination des écrivains, des journalistes et des poètes français et anglais. Le mystère reste entier sur les circonstances exactes de l’accident. La version la plus crédible nous est donnée par l’Ecossais J-E Murray en 1835 dans Un été dans les Pyrénées. Aujourd’hui, il y a toujours une barque et le droit de pêche existe encore pour le propriétaire de la cabane, devenue l’Hostellerie du lac.